Régate de Tohil 2847

Traduction: Hotaru
Relecture: odysseus1992, Yoko
Intégration: odysseus1992

Cet article a été publié à l’origine dans le magazine Jump Point 7.5.

Le Jacinto fit demi-tour en premier. Lorsque le capitaine Iggy Decarlo entendit le premier appel de détresse, il n’hésita pas une seconde ; il donna immédiatement l’ordre de se rendre à l’île Amidon. L’ordre décontenança son équipage. À ce moment-là, le Jacinto était en tête de la régate de Tohil, et abandonner la course aurait réduit à néant leurs chances de remporter la Coupe du coursier de l’édition 2847. Pourtant, étant originaire de Tohil, l’allégeance du capitaine Decarlo au système qu’il aimait dépassait son ambition de remporter la course à laquelle il avait consacré sa vie.

Le Jacinto abandonna la course, quitta l’atmosphère de Tohil III, et démarra son moteur quantique. Quelques instants plus tard, le vaisseau entra dans l’atmosphère de l’autre côté de la planète et fonça en direction de l’île Amidon, l’aire d’atterrissage la plus peuplée et la plus développée de ce monde. Ayant déjà effectué cette manœuvre un nombre incalculable de fois, le capitaine Decarlo remarqua rapidement que quelque chose n’allait pas du tout. La moitié de l’île avait sombré dans l’océan.

C’était un spectacle surréaliste pour le capitaine Decarlo. Les bâtiments qui formaient une silhouette pittoresque se trouvaient désormais en partie sous l’eau et disparaissaient rapidement. D’importants panaches de fumée s’élevaient de l’eau là où le feu s’éteignait, gênant la visibilité. Les gens se cramponnaient aux bâtiments au-dessus de la surface de l’eau et agitaient désespérément drapeaux, draps ou tout ce qui leur passait sous la main pour attirer l’attention des vaisseaux de secours.

Le capitaine Decarlo appela immédiatement les concurrents de la régate de Tohil pour demander assistance. La plupart d’entre eux avait entendu les premiers appels de détresse, mais avait soit pensé qu’il s’agissait d’un canular pour perturber la course ou bien que le problème pouvait être réglé par les locaux. L’appel de Decarlo fit comprendre que la situation était de toute évidence catastrophique et qu’elle nécessitait leur aide de toute urgence.

Il n’y avait tout simplement pas assez de vaisseaux pour sauver tous les habitants de l’île Amidon. La plupart des locaux ne pouvait pas se permettre de payer les coûts exorbitants d’un hangar sur une île où l’espace était un luxe. Pire encore : c’était la pleine saison touristique et l’île était remplie de gens profitant de son écosystème unique alors qu’ils étaient de passage dans le système pour la régate. Nombre de ces visiteurs avaient débarqué sur ce monde via des lignes commerciales et n’avaient aucun moyen de transport pour quitter l’île qui sombrait lentement.

La submersion de l’île Amidon était choquante, mais pas si inattendue. Pendant des années, les gens s’abstenaient de s’installer sur Tohil III. Bien que cette planète-océan manquait de masses terrestres, elle offrait quelque chose de proche et unique : de gigantesques radeaux végétaux flottants. La légende raconte qu’un vaisseau de contrebande endommagé atterrit pour la première fois sur l’un d’entre eux à la suite d’une manœuvre désespérée. Surpris par leur solidité, les contrebandiers utilisaient secrètement ces masses végétales flottantes ponctuant la surface du globe comme cachettes et lieux de dépôt. L’existence de cette flore extraordinaire se fit rapidement connaître, attirant scientifiques, écotouristes et entreprises cherchant à se faire de l’argent sur cet afflux de crédits.

L’île Amidon devint rapidement la principale zone d’atterrissage de la planète grâce à sa taille relativement importante et sa position centrale près de l’équateur. Le développement demeura minimal pendant des années avant de s’étendre au fur et à mesure que les gens visitaient le système. Des écologistes radicaux militaient contre l’établissement de plus grandes colonies, mais les intérêts dans la planète l’emportèrent sur leurs inquiétudes. La capacité de ces îles flottantes à supporter des poids importants sans aucun effet négatif apparent ne faisait qu’encourager un développement plus poussé.

En 2803, Darla Ibori, une historienne locale et passionnée de vaisseaux, organisa un petit événement qui empruntait beaucoup d’anciennes routes de contrebandiers. Il fut extrêmement populaire, attirant deux fois plus de vaisseaux que prévu. Ibori transforma ce succès en un événement annuel appelé la régate de Tohil, comprenant une course sur plusieurs jours au cours de laquelle les vaisseaux en lice devaient transporter des caisses marquées entre d’anciennes cachettes et des lieux de dépôts abandonnés. Le vaisseau terminant la course le plus rapidement recevait la Coupe du coursier.

La régate de Tohil acquit rapidement la réputation d’attirer des passionnés de vaisseaux en tous genres. Entre deux étapes, les transporteurs vétérans naviguant à bord de Constellations vieillissants buvaient et échangeaient des histoires avec de riches propriétaires de navires Origin. La fracture sociale les séparant jusqu’alors s’estompait rapidement, et tout ce qui importait désormais était la passion pour la course.

Ayant grandi sur l’île Amidon, Iggy Decarlo attendait avec impatience la régate de Tohil chaque année. Il travailla dans une boutique de réparation de vaisseaux de luxe et économisa précautionneusement des crédits pour acheter son propre vaisseau. Il entra pour la première fois dans la régate en 2826 et devint un habitué en y participant chaque année après ça. Malgré sa connaissance de la planète et de l’emplacement de ses radeaux flottants, il semblait toujours perdre face à ceux qui possédaient un navire plus récent ou des composants dernier cri. En 2844, le capitaine Decarlo fit l’acquisition d’un Origin 600 d’occasion, considéré comme un vaisseau de transport de taille moyenne jusqu’à la récente refonte de la gamme tournée vers le luxe, et équipa stratégiquement le désormais nommé Jacinto avec de meilleurs composants. Son dévouement et son attention aux détails paya enfin. Avant la régate de 2847, le capitaine Decarlo n’était jamais en tête à ce stade de la course. D’où la stupéfaction de son équipage, des concurrents et des spectateurs lorsqu’il céda volontairement sa place pour répondre aux appels de détresse en provenance de l’île Amidon.

Une fois l’ampleur de la situation décrite par le capitaine Decarlo, d’autres concurrents de la régate ainsi que des observateurs répondirent rapidement à l’appel du Jacinto. En plein chaos, les organisateurs suspendirent la course pour participer à l’effort de sauvetage. Très vite, une nuée de vaisseaux survola l’île Amidon. Le paysage en-dessous estomaqua et sonna les pilotes de la régate. Au milieu du chaos et de la confusion, le capitaine Decarlo devint la force motrice derrière les secours. Une fois le Jacinto rempli de personnes évacuées, il dirigea d’autres vaisseaux vers des bâtiments sur le point de sombrer, et désigna des trajectoires de vol pour les vaisseaux approchant et quittant l’île. Sa connaissance de l’île et de ses bâtiments se révéla essentielle à l’effort de sauvetage.

La catastrophe de l’île Amidon aurait pu être pire sans l’action du capitaine Decarlo et des vaisseaux de la régate. La tragédie conduit à un meilleur encadrement des règles de constructions sur Tohil III, et par un malheureux coup du sort, mit également fin à la régate de Tohil, dans la mesure où les organisateurs s’inquiétèrent de l’impact de son succès dans le surdéveloppement de l’île Amidon.

Les passionnés de vaisseaux peuvent pleurer la disparition de la régate de Tohil, mais nombreux sont ceux qui visitent encore le système pour parcourir les routes de façon informelle. Les fans de la régate ont même lancé un mouvement encore d’actualité pour faire revivre l’événement, de sorte que les générations futures puissent elles aussi en profiter. Que ce plan réussisse ou non, la régate de Tohil restera à jamais dans les mémoires comme un événement unique en son genre. Un événement au cours duquel ses participants portèrent vaillamment secours à la planète lorsque cela fut nécessaire.

PULSAR42 Association à but non lucratif de droit français régie par la loi du 1er juillet 1901, N° RNA : W923006718. SIRET 839 734 175 00012 - APE 9499Z

Design By June Lottin

This site is not endorsed by or affiliated with the Cloud Imperium or Roberts Space Industries group of companies. All game content and materials are copyright Cloud Imperium Rights LLC and Cloud Imperium Rights Ltd.. Star Citizen®, Squadron 42®, Roberts Space Industries®, and Cloud Imperium® are registered trademarks of Cloud Imperium Rights LLC. All rights reserved.