Portfolio : Gemini

Traduction: Henry Goland
Relecture: Hotaru, Yoko
Intégration: odysseus1992

Ce portfolio a été publié pour la première fois dans le magazine Jump Point 8.1

Le 3 janvier 2667, par une nuit exceptionnellement chaude, la police de New Junction reçut un appel d’urgence signalant des coups de feu dans un bar très fréquenté par des transporteurs étrangers. Les officiers qui répondirent à l’appel se précipitèrent à l’intérieur pour trouver Polli Dalal en train de décharger une arme sur un bloc de gélatine balistique recouvert d’une armure lourde devant les clients captivés. Les impacts encore fumants sur l’armure desquels ne coulait que du gel en charpie ne laissait présager aucune autre victime. La police accusa rapidement Polli de violation de la zone d’armistice et confisqua une arme que le rapport d’incident décrit  comme un “canon à main non enregistré, fabriqué sur mesure”. Lorsqu’on lui a demandé pourquoi elle tira à balles réelles en public, elle répondit simplement : “pour gagner de l’argent”. Polli régla rapidement son amende et s’en retourna au bar pour prendre une liste auprès du barman. Sur celle-ci figuraient les noms des clients qui avaient versé un acompte pour l’une de ses armes artisanales. Ce furent les premières commandes officielles  d’armes Gemini.

Gemini commença avec une mission simple : fournir des armes balistiques abordables et efficaces au grand public, un secteur du marché qui, selon l’entreprise, était de moins en moins desservi entre le milieu et la fin du XXVIIe siècle. Dans les décennies qui suivirent la deuxième guerre Tevarin, le marché de l’armement explosa grâce à la myriade d’avancées technologiques réalisées au cours de ce conflit tentaculaire. Alors que des armes de technologie de plus en plus avancée devenaient plus accessibles au public, les fabricants se lancèrent dans un bras de fer pour explorer des armes plus uniques, capables d’infliger des dégâts énergétiques, chimiques ou de distorsion. En conséquence, les armes balistiques traditionnelles, avec leurs capacités de munitions limitées, furent considérées comme une technologie ancienne et tombèrent en disgrâce. L’auteur d’un article hyperbolique du United/Tribune datant de 2665 se demanda même quand “les balles standard n’existeraient plus que dans les musées”. Si personne ne croyait vraiment que les armes balistiques disparaitraient, l’écart de qualité entre les marques était plus grand que jamais, plusieurs fabricants du marché intermédiaire ayant fait faillite. En 2666, le célèbre chasseur de primes Arnado Baugh, dit “le chien fou”, admit n’utiliser que des armes balistiques datant des décennies précédentes, se plaignant que tout ce qui était moderne était “soit si bon marché que votre main fondait, soit si cher que cela vous coûtait un bras”.

Polli Dalal remarqua également la tendance. Ayant grandi dans les bidonvilles de New Junction, elle comprit vite l’importance de disposer d’armes abordables mais fiables pour la sécurité personnelle.  Polli et Clem, le cerveau du “canon à main sur mesure”, se retrouvaient souvent dans des situations dangereuses et avaient besoin de protection. En partie à cause du penchant de Polli pour le grabuge, mais surtout parce que Clem, le fabricant d’armes, était Tevarin.

Un drôle de couple

Clem ignorait tout de ses racines, si ce n’est que sa famille avait participé à la purge culturelle Tevarin avant de fuir vers New Junction. Bien que les guerres Tevarin étaient terminées depuis longtemps, les résidents humains du bidonville évitaient de fréquenter la famille. Après l’incendie de leur maison dans des circonstances suspectes, Clem, qui était le seul survivant, fut contraint de se battre pour vivre dans la rue. C’est alors qu’il rencontra Polli, qui détestait rentrer chez ses parents alcooliques et violents. Ils devinrent inséparables. Ils emménagèrent dans une cabane abandonnée et vécurent de petits larcins en utilisant Clem comme distraction. Pour se protéger et protéger Polli, Clem devint obsédé par les armes, ce qui le conduisit à créer la première arme officielle de Gemini : le canon à main non enregistré.

Polli et Clem utilisèrent les acomptes versés par les acheteurs du bar pour fabriquer leur première série de pistolets. Polli profita de ce succès et du bouche à oreille grandissant pour attirer des fonds et développer les activités de l’entreprise. Direct et exigeant, l’un des ces premiers investisseurs déclara que “l’entreprise est née grâce à la volonté de Polli”. Elle s’occupait des relations publiques de la société, mais pour cacher le fait que Clem était un Tevarin, elle prétendit que son “frère” était le cerveau derrière les armes. Au cas où quelqu’un serait trop curieux, Polli racontait que Clem souffrait d’un trouble d’anxiété sociale contraignant et baptisa même la société Gemini pour renforcer l’idée qu’ils étaient frère et sœur.

Grâce à leur puissance d’arrêt accrue, les armes Gemini trouvèrent rapidement une niche. Bien qu’elles ne furent vendues que dans le système Corel, les armes apparurent dans tout l’Empire grâce au flux constant de transporteurs en transit. Des décennies de croissance régulière permirent finalement à Gemini d’ouvrir des usines de fabrication dans d’autres systèmes, notamment Idris et Terra, et de lancer sa première campagne de marketing à l’échelle de l’Empire. Gemini utilise toujours le slogan choisi par Polli : “La seule ligne de défense dont vous avez besoin”.

Un vent nouveau

En 2751, Clem et Polli se retirèrent et confièrent le contrôle de la société à un groupe de cadres triés sur le volet, qui gardèrent secret le rôle de Clem dans la réussite de l’entreprise. Ce n’est qu’au début du XXIXe siècle, après la chute du régime xénophobe des Messer, que Gemini révéla au grand public que le cofondateur de la société et principal concepteur d’armes était Tevarin. Cette révélation s’avéra parfaitement opportune et revitalisa une marque que les consommateurs avaient fini par considérer comme quelque peu dénuée d’intérêt et dépassée, et conduisit à des bénéfices records en 2812.

La société continua à respecter la vision et l’héritage de Clem, mais savait qu’elle devait mettre au goût du jour et adapter ses conceptions pour le marché moderne. Le nouveau modèle de fusil balistique R97 conserva le concept unique de Clem de rechargement sous le canon, mais apporta à l’arme deux modes de tir distincts. Si les matériaux et les procédés de fabrication changèrent, les armes balistiques Gemini conservèrent l’aspect élégant et les performances fiables qui firent la renommée de la marque.

Le PDG actuel, Hui Batiste, maintient ce fragile équilibre en respectant le passé de Gemini tout en repensant son avenir. Il prit plusieurs initiatives audacieuses pour que l’entreprise reste solvable et compétente. Sa première action en tant que dirigeant consista à déplacer le siège de la société de Corel à Stanton afin de réduire les coûts de production. Il réorganisa ensuite la campagne de marketing de l’entreprise pour qu’elle attire un public plus aisé. Dans leurs dernières publicités, la star du sataball Elsie Heselton vante la puissance et la vitesse des armes Gemini à bord d’un 890 Jump. Batiste élargit même la gamme de produits de la société à un domaine que l’on croyait autrefois interdit : les armes énergétiques. En 2947, il acquit la start-up Octa, spécialisée dans les armes énergétiques, avec l’intention d’intégrer leur technologie aux armes Gemini.

Avec des publicités destinées à l’élite et une expansion de la production dans le marché des armes énergétiques, certains puristes de Gemini estiment que les changements de Batiste sont allés trop loin. Ils affirment même que Clem et Polli auraient du mal à reconnaître la société qu’ils ont fondée. Malgré ces controverses mineures, les actions de Batiste ont élevé la visibilité et le marché de Gemini à son taux de croissance le plus constant depuis des centaines d’années. Ce n’est peut-être pas la même société que celle fondée par Clem et Polli il y a des siècles, mais elle tient toujours sa promesse initiale de fabriquer des armes abordables et efficaces pour tous.

PULSAR42 Association à but non lucratif de droit français régie par la loi du 1er juillet 1901, N° RNA : W923006718. SIRET 839 734 175 00012 - APE 9499Z

Design By June Lottin

This site is not endorsed by or affiliated with the Cloud Imperium or Roberts Space Industries group of companies. All game content and materials are copyright Cloud Imperium Rights LLC and Cloud Imperium Rights Ltd.. Star Citizen®, Squadron 42®, Roberts Space Industries®, and Cloud Imperium® are registered trademarks of Cloud Imperium Rights LLC. All rights reserved.