New United : Les candidats impérators passent à dix

Traduction: arma
Relecture: odysseus1992
Intégration: odysseus1992

New United NewsOrg

Les candidats au second tour incarnent tout un éventail d’idées pour le futur de l’Empire

Par Aaron Frost

NEW YORK, TERRE, SOL

Un silence tendu tombe sur le hall de réception quand Titus Costigan monte sur scène et fait une accolade à son père et impérator actuel, Kelos Costigan. Ils échangent quelques brèves paroles suffisamment loin des micros pour qu’elles restent privées. L’Impérator, agissant en sa qualité officielle de maître de cérémonie, tend un stylo à son fils pour qu’il signe les documents qui feront de lui un candidat au second tour des élections de 2950. Ceci fait, un sourire s’épanouit sur le visage de Titus. Il est maintenant l’un des dix seuls candidats encore en lice.

Sous les applaudissements polis de l’audience et des autres candidats, Titus, vêtu d’un costume Derion aux lignes ajustées, gravit le podium pour prononcer le dernier discours des candidats de la soirée. Le néophyte politique charismatique affirme que son expérience de vie unique fait de lui le candidat idéal pour devenir le prochain impérator. “Il est vrai que je ne suis pas un politicien traditionnel, mais c’est exactement ce dont l’Empire a besoin. J’ai à la fois une longue liste de succès dans le secteur privé et un profond savoir des besoins de l’Empire pour guider l’humanité vers la décennie la plus prospère de son histoire”. Il y a là un sous-entendu signifiant que sa connaissance étendue des opérations quotidiennes vient de l’observation de l’administration de son père pendant la dernière décennie. Suite au discours de Titus, l’Impérator Costigan met rapidement fin à la cérémonie, refusant poliment de répondre aux questions sur l’événement qui devrait plutôt se concentrer sur son successeur potentiel. Il prend la pose brièvement pour une photo avec l’ensemble des dix candidats puis quitte la scène.

La fin de la cérémonie de signature matérialise le coup d’envoi du second tour des élections d’une façon inédite dans l’histoire moderne. Le premier tour avait permis à des milliers de citoyens de faire campagne pour être le prochain impérator, aboutissant à un suffrage étonnamment serré qui avait vu le premier candidat à 370 voix seulement de la qualification. Les résultats du premier tour ont aussi provoqué une première depuis l’instauration du format du nouveau suffrage en 2810 : un candidat au second tour directement lié à l’impérator actuel. Face à une situation sans précédent, l’Impérator Costigan a refusé de faire des commentaires sur la campagne de son fils, ou sur celle de tous les autres candidats.

Cette situation a provoqué la colère des membre du Parti universel, qui espéraient que le populaire Impérator soutienne le candidat préféré du Parti et actuel Haut secrétaire Illyana Sharrad. Les initiés soutiennent que certains membres du parti sont terrifiés par le scénario-catastrophe où Titus, qui se présente aussi comme un universaliste, provoquerait une dispersion des votes au second tour avec Sharrad, interdisant à tous deux une place parmi les cinq candidats finaux. Sharrad refuse d’aborder la controverse publiquement et préfère concentrer son programme sur les points qui la distinguent spécifiquement des autres candidats. Pour son discours de cérémonie de signature, elle avait mis l’accent sur la façon dont elle mènerait la bataille pour grandir l’UEE en accélérant plusieurs projets d’infrastructures longtemps retardés, et en soutenant des initiatives visant à impliquer davantage de personnes dans l’Empire. Sharrad avait proclamé : “Les mots ne nous mèneront pas plus loin. Il faut du vrai travail, de la vraie concentration et du vrai dévouement pour que demain soit meilleur qu’aujourd’hui. J’ai la combativité et la concentration nécessaires pour changer ces idées en réalité.”

Si certains considèrent le fossé qui se creuse entre Titus Costigan et Illyana Sharrad comme étant problématique, les deux candidats en ont tiré le bénéfice d’une plus grande attention de la part des médias. Les autres candidats n’ont pas suscité le même intérêt ou la même curiosité de la part de la presse dans tout l’Empire, leur faisant ainsi perdre du terrain dans les premiers sondages. D’où l’importance de la cérémonie de signature, qui permet non seulement de dévoiler les vainqueurs du premier tour, mais aussi de leur donner l’occasion de partager leur vision de l’UEE avec une énorme audience, potentiellement pour la première fois, et de tenter de sortir du lot des candidats du second tour.

Pour les trois candidats centralistes qui ont atteint le second tour, la cérémonie leur a aussi donné une belle occasion de se distinguer les uns des autres. Paul LeSalle prétend que la forte représentation de son parti au premier tour “montre le souhait des électeurs de revenir à une approche de gouvernance fiscalement responsable”. LeSalle est prompt à s’attribuer le mérite du succès du Parti centraliste après en avoir été le secrétaire général pendant huit ans, un poste duquel il a démissionné avant de se lancer dans sa campagne électorale. LeSalle doit maintenant sortir de ses habitudes de membre de parti politique et se distinguer des autres candidats centralistes plus connus, l’assistante-adjointe Emma Thorne et l’amirale de la Navy à la retraite Nikki Abdalla. LeSalle assure qu’il représente une vision plus pure des idéaux de son parti en adhérant plus étroitement au programme central pour des impôts moins élevés et des services sociaux plus restrictifs. Il s’est aussi affirmé comme étant le seul candidat à réclamer une réévaluation de la loi pour l’Équité des chances, qui permettrait d’ouvrir des zones de l’Empire précédemment protégées afin d’y exploiter leurs ressources.

Les deux autres candidats centralistes ont débattu sur la façon dont ils amélioreraient la défense de l’Empire, malgré que leurs programmes et même leurs principaux adversaires soient radicalement différents. Emma Thorne, qui occupe actuellement le poste d’Assistante-directrice de l’Advocacy, a décrit son plan pour combattre la criminalité en augmentation par le développement de la taille et du rôle de l’Advocacy. “Je suis fatiguée de voir le gouvernement essayer de réinventer l’Advocacy à travers ses multiples initiatives et actions civiles, alors que les agents sur le terrain sont déjà en place. Tout ce qui leur manque, c’est le soutien total dont ils ont besoin pour faire leur travail de leur mieux”. L’amirale de la Navy à la retraite Nikki Abdalla, elle, a critiqué la stratégie actuelle de l’administration sur la guerre vanduul, qu’elle a appelée “un échec assuré”. Elle a promis d’extirper les troupes de l’UEE d’une “guerre amorphe et ingagnable” et de les redéployer pour étouffer la criminalité au sein de l’Empire et renforcer la frontière contre les futures incursions vanduul.

Entretemps, le parti transitionnaliste s’est réuni avant le premier tour afin de sélectionner officiellement  un seul candidat, une stratégie visant à consolider le pouvoir électoral du parti et à éviter la situation dans laquelle se trouvent actuellement les universalistes et les centralistes, inquiets de la dispersion des votes provoquée par les candidats multiples. Cette année, le parti s’est rassemblé derrière la sénatrice terran controversée, Mira Ngo. Son discours a abordé les thèmes transitionnalistes typiques, dont le transfert de la capitale de l’Empire sur Terra, l’interdiction de la terraformation, et l’expansion des Common Laws pour consolider la protection des citoyens et des civils à la fois. Il s’est centré sur son slogan de campagne “De nouvelles idées pour un nouvel univers”, et a révélé une nouvelle initiative qui vise à instaurer la présence d’un certain nombre de fonctionnaires tevarin au sein de chaque branche du gouvernement. Elle a supplié l’Empire “de rêver plus grand et plus audacieux. De ne pas laisser faire ceux qui restent hypnotisés par le passé et veulent empêcher l’Empire d’évoluer vers quelque chose de plus libre et plus juste qu’auparavant.”

Quatre candidats se sont présentés en tant qu’indépendants, même si leur association avec des mouvements politiques émergents leur a permis de rassembler assez de votes pour passer le premier tour. Le discours le plus grandiloquent de la cérémonie nous a été offert par Calvin Derry, un chef de milice populiste de Fora, militant pour un programme auto-proclamé “L’Humain d’abord”. Derry s’est fendu d’un discours-fleuve incendiaire anti-extraterrestres, dans l’intention visible de faire les gros titres plutôt que de calmer les inquiétudes de ceux qui doutent de sa ligne dure. Derry a promis de renforcer les droits des milices et de permettre aux militaires “d’utiliser tous les moyens possibles pour éradiquer la menace vanduul”.

En opposition au point de vue lugubre de Derry sur le monde, la candidate Laylani Addison a évoqué les incroyables réalisations obtenues lorsque l’UEE se rassemble pour traiter les problèmes importants. Elle a promis de réorienter les crédits vers l’éducation et la recherches scientifique. Son discours a même récolté des exclamations dans l’audience quand elle a proposé d’alléger les restrictions actuelles sur les recherches en matière d’IA.

Les deux derniers candidats pourraient passer pour des centralistes si leurs positions n’étaient pas considérées comme trop extrêmes par ces derniers. Radana Naidu, une politicienne populaire de Castra jouissant d’une approbation record sur son monde natal, continue son ascension fulgurante sur la scène de l’Empire. Nombre de ses positions politiques s’accordent parfaitement avec les principes fondamentaux du centralisme, mais d’autres ont suscité suffisamment de critiques de la part du parti pour la convaincre de se présenter comme indépendante. Son discours s’est concentré sur l’arrêt du financement du Synthémonde et sur la légalisation de toutes les drogues. “Cette question incarne ma conviction que plus de gouvernement crée plus de problèmes. Des siècles de politiques antidrogue ratées n’ont fait qu’engendrer la criminalité et le chaos. Il est temps d’être réaliste et d’admettre que les narcotiques ne disparaîtront jamais. Taxons plutôt leur consommation et utilisons les fonds récoltés pour s’occuper des problèmes qui poussent les gens à la dépendance.” Le fait que Naidu se soit placée parmi les dix premiers en mettant en avant son soutien pour ces positions éloignées pourrait inciter les autres partis à reconsidérer les leurs.

Le dernier candidat, et sans doute le plus radical des dix premiers est Antwan Lillard, qui a poussé à l’extrême la notion d’autonomie politique et de scepticisme envers un gouvernement central en fondant toute sa campagne pour le premier tour sur la promesse de dissoudre le gouvernement central afin de permettre chaque système de s’auto-gouverner. Lillard, qui est né et a grandi sur Charon, a pris son système natal comme un exemple de la façon dont “l’autorité centrale écrasante de l’UEE peut corrompre et détruire la prospérité et la paix”. Son slogan de campagne pour “laisser les systèmes décider de leur propre destin” a suscité beaucoup moins d’enthousiasme pendant la cérémonie de signature que lors de ses rassemblements bruyants. Ceux qui ont décrit sa campagne comme du simple théâtre politique doivent maintenant admettre la réalité : un candidat appelant à la fin de l’impérialisme et de l’UEE en général vient de devenir l’un des dix finalistes.

Ce groupe hétéroclite de candidats va maintenant entrer en campagne et n’aura plus que quelques semaines pour convaincre les citoyens de soutenir leur vision de l’UEE. Le vote du second tour pour l’impérator débutera le 10 avril et s’achèvera le 24. Le bureau électoral impérial annoncera les cinq derniers candidats le 1er mai et lancera le dernier tour des élections avec le vote final pour l’impérator qui se déroulera entre le 10 et le 24 octobre.

PULSAR42 Association à but non lucratif de droit français régie par la loi du 1er juillet 1901, N° RNA : W923006718. SIRET 839 734 175 00012 - APE 9499Z

Design By June Lottin

This site is not endorsed by or affiliated with the Cloud Imperium or Roberts Space Industries group of companies. All game content and materials are copyright Cloud Imperium Rights LLC and Cloud Imperium Rights Ltd.. Star Citizen®, Squadron 42®, Roberts Space Industries®, and Cloud Imperium® are registered trademarks of Cloud Imperium Rights LLC. All rights reserved.