Guide galactique : Système Tohil

Traduction: R2B
Relecture: odysseus1992
Intégration: R2B

Ce Guide galactique est paru initialement dans Jump Point 5.9.

Le début du 28ème siècle a été une période tumultueuse pour l’UEE. Près de deux siècles de tension accrue avec les Xi’an avaient exténué l’Empire et avaient étiré les effectifs de la Marine de manière dangereuse le long de la ligne Perry. Loin de l’autre côté de l’UEE, l’armée était également confrontée à l’émergence des Vanduul. Pendant ce temps, les failles dans la mainmise du régime Messer sur le pouvoir devenaient de plus en plus claires. L’imperator Samuel Messer VIII, connu pour son penchant pour la brutalité, fut assassiné en 2715. Son frère aîné maladroit, Galor, monta sur le trône pour devenir Messer IX au milieu de nombreuses controverses et craignait qu’il ne soit pas en état de diriger l’Empire.

Pendant toute cette période incertaine, le système Tohil a été découvert en 2716. Le chaos de cette époque a empêché l’UEE d’établir une présence dans le système, et peu de gens auraient pu prédire à quel point le système revêtirait une importance stratégique. Entre-temps, toutefois, ce manque de présence a permis aux hors-la-loi de prendre pied dans le système lequel a acquis la réputation d’être un refuge pour les passeurs qui existe encore à ce jour.

Aujourd’hui, la place importante occupée par Tohil III dans l’histoire et son écosystème unique en font une destination fascinante pour les voyageurs les plus aventureux.

Les explorateurs accidentels


En 2716, deux petits passeurs se retrouvèrent à la dérive à Nyx. Aadya Firmino, fille d’un éminent magnat de la construction basé à Terra, avait quitté son éducation confortable pour partir à l’aventure. Elle a échappé à son véritable ennui dans un Constellation et a fini par se retrouver avec Oisha Suen, pilote et mécanicienne expérimentée. Ensemble, elles ont dirigé des missions de contrebande de bas niveau à Levski jusqu’à ce que la découverte par l’Alliance du peuple des tentatives de plus en plus téméraires d’Aadya d’élargir leur entreprise délictueuse conduise à leur exil.

Ne sachant trop vers où se tourner, elles ont laissé leur Constellation dériver lentement à travers la nébuleuse sombre de Nyx alors qu’Aadya élaborait une stratégie pour leur prochaine entrée en jeu et qu’Oisha testait un scanner qu’elle venait de réparer. Au début, Oisha a supposé que les lectures étranges du scanner étaient dues à une erreur de sa part. Des enquêtes ultérieures ont révélé que ce n’était pas vrai; elle avait découvert un nouveau point de saut qui emmena le vaisseau dans ce qui allait devenir Tohil.

Aadya et Oisha se réjouirent de leur bonne fortune et débattirent du sort de leur découverte. Aadya a prétendu avoir des associés de confiance avec un équipement de scan performant qui pourrait les aider à évaluer les richesses potentielles du système. Ils ont convenu qu’il serait préférable de savoir ce qu’ils avaient découvert avant de savoir quoi en faire.

Les deux se sont rendues dans le système de Bremen pour rencontrer ces associés et, la nuit précédant la réunion, Aadya et Oisha ont célébré l’événement avec style. Oisha se réveilla le lendemain avec une gueule de bois insupportable pour découvrir qu’Aadya avait disparu. Bientôt, des rapports indiquant qu’un nouveau système avait été découvert inondaient le spectrum. Ils ont tous crédité Aadya pour cette découverte et l’ont dépeinte comme une exploratrice qui a quitté une éducation de luxe rien que pour faire la découverte d’une vie.

Dévastée par la trahison, Oisha s’est rendue à la Terra Gazette pour un long entretien exhaustif. Elle a décrit son rôle dans la découverte du système et présenté des éléments de preuve, notamment de nombreuses marques usurpées d’enregistrement utilisées par le Connie dans des opérations de contrebande, qui réfutaient le récit d’Aadya. Le scandale est devenu un incontournable du spectrum : Aadya a d’abord nié les accusations, puis tenté d’échapper à une vérification minutieuse lorsque son histoire s’est effondrée. L’histoire finit par perdre son élan et une enquête ultérieure du ministère des Transports et de la Navigation accorda le crédit de la découverte du système à la fois à Aadya Firmino (étant donné que c’était son vaisseau) et à Oisha Suen (pour avoir été le premier pilote à franchir le point de saut), tandis que l’Advocacy a émis des mandats pour leurs deux arrestations.

Pendant ce temps, des éclaireurs militaires sont entrés dans Tohil et ont scanné le système. Ils ont découvert que les ressources étaient peu nombreuses et qu’il manquait de planètes facilement habitables. Un autre inconvénient était que le système ne pouvait être accédé que via le système non réclamé de Nyx. Avec des problèmes plus urgents concernant l’Empire, l’UEE a négligé de revendiquer le système.

Introduit dans la ligne Perry


Quelques années plus tard, une patrouille de reconnaissance de la marine du système Oya découvrit un point de saut menant à Tohil. Soudain, le système a été connecté à la ligne Perry, une série de systèmes formant un no man’s land entre l’UEE et l’empire Xi’an pendant la guerre froide. L’armée a estimé que ce système était vital pour les intérêts de la sécurité de l’Empire et, en 2721, il a été officiellement revendiqué par l’UEE. L’armée l’a nommé Tohil d’après un ancien dieu de la guerre pour l’aligner officiellement sur les autres systèmes de la ligne Perry. Les forces ont été transférées à Tohil en prévision d’une éventuelle invasion Xi’an ou pour être utilisées lors de toute offensive potentielle dans le système Oya.

L’activité militaire au sein du système a finalement conduit à la découverte d’un autre point de saut. Celui-ci connectait Tohil au système Virtus, lequel comportait déjà une présence Xi’an. Après la découverte, les militaires ont passé en revue les chiffres et ont déterminé qu’ils ne disposaient pas des ressources nécessaires pour établir et maintenir une présence dans le système capable de protéger les deux points de saut. Le fait que les renforts se trouvaient à deux sauts de distance et qu’ils devaient passer par Nyx avant de pouvoir répondre à une menace compliquait encore les choses. Cernés par l’incertitude de tous les côtés, les militaires ont ramené leurs forces à Castra et mis en place un réseau de capteurs de proximité aux abords des points de saut de Tohil qu’ils surveillaient et entretenaient.

Le paradis des contrebandiers


La présence réduite de l’armée a ouvert la porte aux hors-la-loi. Ceux qui n’ont pas eu envie de se fondre dans la mouvance des révolutionnaires de Levski ont afflué dans le système. En particulier, les passeurs ont prospéré après avoir découvert que les biomasses botaniques flottantes sur Tohil III étaient suffisamment solides pour être utilisées comme zones de poser. La connexion du système à Virtus est même devenue l’itinéraire de contrebande le plus sûr entre l’UEE et l’empire Xi’an. Des quantités inavouables de contrebande et même de révolutionnaires anti-Messer se déversa à travers Tohil.

Dès 2789, le système était considéré comme suffisamment à l’abri des regards indiscrets du régime Messer pour organiser une réunion secrète entre Terrence Akari, sénateur de Terra, et le jeune empereur Xi’an Kr.ē. Tous deux ont négocié un traité de paix qui promettait une alliance si Messer et la Terre décidaient une opération militaire contre les Xi’an, montrant à quel point le régime au pouvoir était devenu impuissant. Les Messers ne pourraient jamais se remettre de ce coup dur et trois ans plus tard, le scandale du massacre de Garron II mettait fin au régime despotique.

Tohil I


Tohil I repose à peine à 0,064 UA de l’étoile de la séquence principale K4 de Tohil. Cette proximité a transformé le petit monde parfaitement verrouillé en une planète de lave complètement inhabitable.

Tohil II


Installée sur une orbite juste à l’intérieur de la bande verte du système, cette mésoplanète rocheuse est soumise à des vents solaires intenses qui, selon les scientifiques, ont lentement détruit son atmosphère au cours de nombreux millénaires.

Tohil III


Tohil III est une planète océan naturellement habitable et dépourvue de masse continentale significative. Cela a amené les bureaucrates de l’UEE à se demander si le peuplement en valait l’effort et la dépense. Il manquait également la richesse en ressources naturelles qui rendait Nemo si attrayant. Ces facteurs ont finalement joué dans la décision initiale de l’UEE de ne pas revendiquer le système.

Ce que Tohil III possède est l’une des écologies les plus intéressantes et les plus inhabituelles de l’univers connu. L’eau est parsemée d’immenses biomasses botaniques qui sont essentiellement des îles flottantes. La flore afflue au-dessus et au-dessous de ces masses en mouvement, tandis que de nombreuses espèces épiphytes s’ancrent le long des racines et des branches enchevêtrées. Les plantes qui composent ces gigantesques collines ne ressemblent en rien à celles découvertes ailleurs. Jusqu’à présent, toutes les expériences visant à faire croître ces biomasses dans un laboratoire ou dans un autre monde ont échoué.

La légende raconte qu’à l’origine c’est un vaisseau de contrebande endommagé qui le premier avait tenté d’atterrir sur l’une de ces «îles vivantes». La rumeur s’est rapidement répandue dans la communauté des contrebandiers que ces plantes étaient suffisamment solides et robustes pour supporter des vaisseaux et même des constructions. Les contrebandiers ont gardé le secret pour eux et ont utilisé ces îles comme boîtes à lettres mortes ou comme cachettes pendant des années.

Le reste de l’Empire a fini par entendre parler de l’incroyable écologie de cette planète en 2789, lorsque le sénateur terranien Akari a rencontré secrètement l’empereur Kr.ē sur l’île appelée Lemuria. Les images de la réunion décrivaient l’endroit comme un paradis tropical sans le sable. Après la chute des Messers, les touristes ont afflué sur la planète et ont contrarié les hors-la-loi qui préféraient l’anonymat précédent de la planète. Au fur et à mesure que l’empreinte UEE s’élargissait, la plupart des hors-la-loi ont été contraints de transférer leurs opérations ailleurs.

Bien que Tohil III ne soit pas une planète reconnue, l’UEE a imposé de strictes restrictions à la construction après la destruction de l’île d’Amidon en 2847. À l’époque, cette île était l’une des zones d’atterrissage les plus vastes et les plus peuplées de la planète, jusqu’à ce que les plantes qui la supportaient se fanent rapidement et qu’elle coule dans la mer. Comme on en sait si peu sur le cycle de vie de ces îles végétales, la communauté scientifique continue de débattre vigoureusement sur la question de savoir si notre présence a été un facteur important de sa destruction.

Ceinture Alpha de Tohil


Les analyses initiales de la ceinture d’astéroïdes ont fait naître l’espoir que ce serait une chaîne mère minière, mais les analyses suivantes ont brisé ce rêve. On trouve encore ici de petites poches de ressources précieuses, mais le consensus parmi les exploitations minières à grande échelle est que leur extraction représente plus de problèmes qu’elle ne vaut. Aujourd’hui, cette ceinture d’astéroïdes denses est mieux connue pour être un excellent refuge pour les hors-la-loi.

Tohil IV


La dernière planète du système est une Super-Terre gelée bien en dehors de la bande verte. La caractéristique la plus remarquable de la planète est une surface rugueuse marquée par de fréquents impacts de météores et d’astéroïdes. Peu prennent le temps de visiter ce monde, ce qui en aurait fait l’un des favoris de quelques contrebandiers qui préféreraient ne pas s’aventurer dans des zones plus peuplées du système.


AVERTISSEMENT

Les mineurs qui espèrent chasser des ressources dans la dense ceinture d’astéroïdes de Tohil doivent faire preuve de prudence. La ceinture regorge de cachettes fréquentées par des contrebandiers et des hors-la-loi, connus pour poser des pièges et déployer de fausses balises de détresse pour attirer les vaisseaux dans une embuscade.




OUÏ-DIRES


« Vous pouvez simplement dire que quelque chose n’allait vraiment pas. Habituellement, il était facile d’oublier que vous n’étiez pas sur une terre ferme, mais pendant les derniers jours de l’île, vous pouviez sentir qu’elle cédait un peu à chaque pas. De plus, l’odeur était horrible, comme si tout l’endroit était en train de pourrir… ce qui, je suppose, était le cas en fait. »

– Dustin Wiltzie, ancien résident de l’île Amidon, 2847

« J’espère que nous pourrons trouver un moyen de rapprocher nos deux grandes espèces plutôt que de les maintenir séparées. Nos deux cultures gagneraient grandement à avoir un ami de l’autre côté de la ligne Perry au lieu d’un ennemi. »

– Sénateur Terrence Akari, lors de sa rencontre avec l’empereur Kr.ē, 2789

PULSAR42 Association à but non lucratif de droit français régie par la loi du 1er juillet 1901, N° RNA : W923006718. SIRET 839 734 175 00012 - APE 9499Z

Design By June Lottin

This site is not endorsed by or affiliated with the Cloud Imperium or Roberts Space Industries group of companies. All game content and materials are copyright Cloud Imperium Rights LLC and Cloud Imperium Rights Ltd.. Star Citizen®, Squadron 42®, Roberts Space Industries®, and Cloud Imperium® are registered trademarks of Cloud Imperium Rights LLC. All rights reserved.