Guide Galactique de Xénolinguistique | le Xi’An – Chapitre 5

Publié par Lubuwei

Lors de la CitizenCon 2948, un document de plus d’une centaine de pages a été dévoilé au public : le Précis de langage Xi’an à l’attention des diplomates. Traduit ensuite en français pour vous par nos soins, accompagné d’un dictionnaire (également traduit), la langue possède un vocabulaire qui s’étend régulièrement via des mises à jour sur Spectrum.

Mais, afin de rendre à peu près accessible la langue aux moins acharnés d’entre vous, nous allons essayer d’en décortiquer les mécaniques de base. Pour les personnes que cela peut intéresser parmi vous, n’hésitez pas à aller consulter le précis.

Aujourd’hui : e.

Oui, vous avez bien lu. Une lettre. Un son. E. Ça a l’air si simple comme ça, mais c’est tellement plus complexe que ça en a l’air. Accrochez-vous, ça va dépoter.

Comme on l’a vu au chapitre précédent, e est un verbe utilisé pour décrire les qualités internes et externes des gens et des choses. “Quoi, c’est tout ?” me demanderez-vous, interloqués. Non. Car en plus de ça, il est utilisé pour un nombre monstrueux d’expressions Xi’an.
Voyons voir déjà comment il se comporte en tant que verbe avec quelques exemples :

e n.aoxy.oa tā e lē ?
De quelle couleur est votre “maison” ?

e yo’n.ao (ku).
Elle est blanche.

e a’ran Samus.
Samus est têtue.

Ici, il est utilisé de manière tout à fait classique. Mais il peut aussi être lié à un autre mot, comme o.

e ka’xy.oa tā e lē ?
Où est votre maison ?

e ka’ Ka’ua
Elle est sur Cáwa.

Là, on a un exemple de verbe lié, avec e ka’-. ka” signifie “lieu ; endroit”. C’est comme ça qu’on exprime l’existence dans un lieu. D’autres exemples :

e ka” xyo no’a.    e ka” huitā tā’yan eyāng.
Je suis chez moi.    Notre école est dans (le) voisinage.

Afin de nommer quelqu’un de manière scolaire nous le lierons à sen (“nom”) de la manière suivante : 

e sen (e) Lupu’uē.
Mon nom est Lubuwei.

Ce (e) est bien placé, mais dans une discussion normale, il n’est quasiment jamais utilisé. Il sert à montrer que le nom est sans ambigüité Lupu’uē. Il est appelé “E attributif”. On va y revenir. Et, oui, tout ce qui, à l’avenir, sera mis entre parenthèses n’est pas forcément dit. Disons que c’est une précision pour étudiants.

Fun fact, d’un point de vue structurel, cette phrase n’a pas de prédicat. Le verbe est littéralement e sen (e) Lupu’uē.

Cependant, dans la vie de tous les jours, on dirait plutôt : e Lupu’uē no’a. “Je suis Lubuwei.” Les Xi’an partent du principe qu’un nom est l’attribut le plus évident que toute personne possède.

Voilà pour la base. Maintenant, la forme e ___ (e) est très courante dans la langue. Le premier e se combine avec pleiiiin de tai pour exprimer la qualité liée (nom, couleur, autre), le second met le “nom” en lien avec des adjectifs et autres. Et c’est là que le fun commence pour de vrai avec e. Il y a vraiment beaucoup de façons de l’utiliser, qui sont listées dans le précis, et nous allons les survoler. Néanmoins, n’hésitez pas à aller fouiner, c’est très instructif !

  • Amour & affection :

e thlang (e) nui K. om’o S.oam.
Soahm est amoureux de Komo.

e thlang (.u) s.o’e K.om uth S.oam.
Komo et Soahm sont amoureux l’un de l’autre.

Les plus observateurs d’entre vous auront remarqué le (.u) de la seconde phrase. Mais que vient-il faire ici, ce bougre de sacripant, me demandez-vous, judicieusement outrés ? Eh bien, sachez que c’est vachement plus compliqué que ça en a l’air, et qu’ils expliquent ça très bien dans le précis, mais pour vous faire une idée très basique, (.u) définit des adverbes là où (e) définit des adjectifs. Vous n’êtes pas obligés de les utiliser, parce qu’il s’agit de différences très subtiles qu’il vous faudra tout de même maîtriser si vous souhaitez parler correctement le Xi’an.
Une petite phrase que vous pourrez entendre à ce sujet est e na”, .u na”?, où l’un demande à l’autre “Souhaitiez-vous utiliser e ou .u ?”. Donc ouais. Des subtilités. Mais qui peuvent parfois être importantes.

  • Possession :

e run (e) ___ exprime la possession de qualités ou des choses qui font partie d’un tout. En bref, de choses tangibles (des frères, une musculature, de l’argent). Exemple.

e run no’a kuen (e) che’a.
Je possède un million de crédits.

Particularité linguistique : ici, l’objet possédé arrive avant le sujet. Pour plus de simplicité, dites-vous que la phrase est tournée comme “Un million de crédits sont possédés par moi”.

  • Manque ou absence :

e lai run Lo.meling’ye hyo’pān.
Lomelinde n’a jamais eu de grenades.

e lai est la marque de la négation absolue. Il est en revanche plus commun de voir et d’entendre el en lieu et place de e lai. Une histoire de contraction. D’ailleurs, lai se contracte beaucoup avec d’autres verbes Xi’an pour indiquer la négation. Donc si vous voulez un verbe Xi’an avec un suffixe en -l, c’est une négation.

el run huiso’a e p.u Kiro.
Kiro n’est pas bien musclé.

En disant la phrase ci-dessus, un Xi’an comprendra effectivement que Kiro n’a pas de musculature (huiso’a). Par contre, il le prendra comme un jugement envers Kiro. Afin de simplement constater un fait, il faut dire :

e yo huiso’a e p.u Kiro
Kiro manque d’une bonne musculature.

Le yo présent dans cette phrase est quelque chose que nous verrons bien plus tard, mais sachez globalement qu’il s’agit d’un tai signifiant plus ou moins “manque”. Ici, cela veut globalement dire qu’il peut en avoir, mais qu’à l’heure actuelle il n’en a pas. Il a encore plus d’utilité que e. Rappelez-vous de lui. Nous en parlerons dans le chapitre IX.

  • Connaissance et compréhension :

Deux tai sont liés au détail de la connaissance et de la méconnaissance : yeth et u.ii. Le premier signifie “connaissance ; avoir conscience”, et le second a un sens de “inconnu ; manque de connaissance”. D’une certaine manière, u.ii égale e yo.
Avec el vu ci-dessus, il y a la possibilité de mélanger tout ces tai pour en sortir des subtilités intéressantes.

e yeth (e) ___ : “Je comprends/connais ___.”
el yeth (e) ___ “Je ne comprends/connais pas ___ alors que je devrais le connaître.”
e u.ii (e) ___ “Je n’y connaît rien en ___.”
el u.ii (e) ___ “Cela peut vous surprendre, mais je connais une ou deux choses sur _        __.”

Et c’est maintenant que vous allez apprendre la phrase-type de toute personne qui apprend une langue : e yo nai (no’a). “Je ne comprends pas.”

  • Émotions et opinions :

Pour les Xi’an, une opinion est basée sur la raison et l’expérience personnelle, là où les émotions tiennent purement de l’instinct.

Une émotion est exprimée par le tai l.ea, qui signifie “sentiment, statut émotionnel, intuition”. La forme de base pour décrire un sentiment de bonheur serait e l.ea sua’sa. Cela implique que le locuteur est heureux à l’instant où il parle.

Petite précision : vous pourrez voir o l.ea. Il s’agit de la forme verbale pour signifier la confiance.
Une opinion, en revanche, est écrite avec le tai kua, qui se réfère aux opinions (éclairées). e kua .u po (e) ___, où ___ est l’opinion attendue. .u po signifie globalement “que”. La traduction de la phrase ci-dessus est donc : “Je pense que ___.”

Des tableaux sont disponibles dans le précis (p.32-33) afin que vous puissiez voir beaucoup d’exemples de choses qui se lient à e. La peur, l’intelligence, le respect, la survie, la responsabilité… Il y a de tout, et c’est plutôt bien fichu !

Et voilà qui clôt le chapitre d’aujourd’hui ! La prochaine fois, nous allons entrer dans le monde merveilleux des PCV (Particules de Clarification Verbale), alors préparez encore une ration de ventoline et de paracétamol, car il va y avoir du contenu !

À bientôt pour un nouveau chapitre du G2X Xi’an !

PULSAR42 Association à but non lucratif de droit français régie par la loi du 1er juillet 1901, N° RNA : W923006718. SIRET 839 734 175 00012 - APE 9499Z

Design By June Lottin

This site is not endorsed by or affiliated with the Cloud Imperium or Roberts Space Industries group of companies. All game content and materials are copyright Cloud Imperium Rights LLC and Cloud Imperium Rights Ltd.. Star Citizen®, Squadron 42®, Roberts Space Industries®, and Cloud Imperium® are registered trademarks of Cloud Imperium Rights LLC. All rights reserved.