RSI Mantis et interdiction quantique

Traduction par Hotaru, Kiro S. Terashii et Lomelinde, relecture par Kiro S. Terashii, PoGonZo et Hotaru

Dès le lundi 16 septembre a été lancé par CIG un teasing (que certains au sein de la communauté trouvaient trop long) mis à jour quotidiennement en déplaçant progressivement un astéroïde qui masquait la forme d’un nouveau vaisseau. L’attente est enfin terminée le mardi 24 septembre avec sa révélation officielle : le RSI Mantis.

Chose originale, les informations officielles nous sont parvenues non via le site officiel RSI, mais par l’intermédiaire de deux sites de presse vidéoludique que sont GameStar (allemand) et Newsweek (anglais). Nous allons ici résumer en français ce qui a été révélé dans ces deux articles.

Depuis quelques temps déjà dans l’alpha de Star Citizen, il n’est pas rare que votre voyage quantique (“quantum travel” en anglais) se fasse interrompre, soit par des pirates qui veulent votre peau soit par des forces de l’ordre en pleine patrouille. C’est la fameuse “interdiction”, que CIG a choisi d’intituler “quantum enforcement”. Cette action n’était réservée qu’aux PNJ et aucun vaisseau pilotable par les joueurs n’était en capacité de la reproduire. Les règles vont donc changer avec ce vaisseau qui sera pilotable dès la 3.7.

Un vaisseau redoutable mais vulnérable

Le RSI Mantis est de taille assez modeste, sa spécialité sera d’intercepter des vaisseaux au cours de leur voyage quantique via le “quantum snare” ou “piège quantique”. Il pourra également les empêcher de s’échapper en activant leur appareil quantique grâce au “quantum dampening”, que l’on pourrait traduire par “suppression quantique”. Ces deux processus se feront grâce à un appareil placé à l’arrière du vaisseau, constitué de 3 anneaux concentriques. En terme d’effet visuel, afin de bien le distinguer de la couleur bleue et froide des voyages quantiques, l’interception se manifestera par des teintes rouges et chaudes.

Un Mantis rougeoyant

Il sera capable d’intercepter tous les vaisseaux, y compris les capitaux comme le 890 Jump, pilotable depuis peu. Pour contrer cette force redoutable, le vaisseau sera légèrement armé. Il peut être considéré comme étant en support d’un groupe, et non comme un vaisseau solitaire capable de faire face à tous types de vaisseau qu’il risque d’attraper dans ses filets. Autre revers de médaille : l’interdiction quantique sera très énergivore, et nécessitera sans doute de sacrifier quelques fonctionnalités comme le bouclier lors de son utilisation.

“Si vous naviguez en solitaire avec ce vaisseau, vous pouvez faire tout ça, mais vous ne serez pas préparé à toutes les éventualités”, concéda Crew. “Si vous parvenez à contraindre un vaisseau tout seul et que vous n’avez pas de renfort, vous aurez probablement de gros problèmes. Imaginez un 890 face à vous, avec vos deux petits canons. Donc oui, bien sûr vous pouvez les empêcher de partir, mais ça ne se terminera pas bien pour vous.”

John Crew à Newsweek

Le gameplay d’interdiction quantique

Lors de leur interview, les développeurs ne se sont pas seulement contentés de décrire le vaisseau, mais se sont également attardés sur le gameplay d’interdiction quantique. Ce terme englobe deux mécaniques que nous avons déjà évoquées plus haut : le “quantum snare” et le “quantum dampening”. Le system designer en chef Kirk Tome le résume plutôt bien.

“Le “quantum snare” consistera en une action de large rayon comme une pêche au filet, où vous sortirez les gens de leur voyage quantique et les retiendrez aussi longtemps que votre appareil sera allumé. Avec le “quantum dampening” vous empêcherez le moteur quantique de votre cible de s’activer après vous être suffisamment rapproché d’elle.

Kirk Tome à Newsweek

Le “quantum snare” désigne ce que font déjà les vaisseaux PNJ lorsqu’ils interrompent votre voyage quantique. À l’heure actuelle, il est prévu que le Mantis active ce système dans un rayon compris entre 10 et 20 km tout autour de lui, interceptant tous vaisseaux (IA ou joueurs) en voyage quantique dans cette sphère. Comme les IEM déjà existantes dans l’Univers Persistant, il nécessitera un temps de chargement avant de le lancer. Le “quantum dampening” s’activera quant à lui instantanément et empêchera tous les vaisseaux dans un rayon de 2km d’activer leur moteur quantique. Kirk Tome ajoute d’ailleurs que si des vaisseaux sont en voyage quantique en groupe avec le “quantum linking”, la flotte entière sera interceptée, soulignant l’importance d’avoir d’autres vaisseaux en support du Mantis.

Cette mécanique de gameplay, tout comme le Mantis, sera disponible en test chez les Evocatis d’ici la fin de cette semaine, avec une sortie sur les serveurs Live prévue aux alentours du 10 octobre, date anniversaire de la campagne de crowdfunding. Il a été rajouté qu’une interface utilisateur (UI) spécialisée serait ajoutée pour ce gameplay. Mais les développeurs préviennent déjà que pour cette première itération, rentrer bredouille après une “pêche aux vaisseaux” ne sera pas rare, et que cela dépendra beaucoup de la situation.

Comme Crew l’admet, l’immensité même de l’univers de Star Citizen engendre également quelques curieux pépins. « Un des éléments que les joueurs prennent pour un bug consiste à supposer qu’à chaque fois que vous lancez ce système, ça va mordre, » dit-il. « Ça ne sera probablement pas le cas. Nous allons essayer de limiter ces prises à coup sûr autant que nous le pouvons, mais cela dépend vraiment du contexte. » Après tout, l’espace est si large que des vaisseaux ciblables ne sont pas censés être stoppables à tous les coups.

Newsweek

Comme pour le reste du jeu qui est encore en alpha, le développement sur ce gameplay ne s’arrêtera pas là, et certaines caractéristiques citées plus haut risquent de changer à l’avenir. Kirk Tome nous donne déjà quelques indications sur ce que cet avenir pourrait être.

CIG a de nombreux projets à venir dans les prochains mois concernant ce vaisseau et sa fonctionnalité principale. L’un de ces objectifs est de nuancer les mécaniques d’interdiction quantique. « Je suis sûr qu’à l’avenir, on vous obligera à rassembler un tas de Mantis et d’autres vaisseaux équipés d’appareils d’interdiction quantique afin d’attraper un vaisseau capital, » suggéra Tome. « Il y aura peut-être un vaisseau capital conçu pour attraper d’autres vaisseaux capitaux. Mais pour cette première itération, ce n’est pas l’équilibrage que nous visons pour l’instant. » D’autres discussions tournaient autour d’ajouts, tels que des éléments d’interface visuelle prévenant les pilotes de Mantis de zone hautement fréquentées.

Newsweek

“Coming Soon” et fuites

Dans l’article allemand de GameStar, le développeur John Crew ainsi que le directeur des relations publiques Nick Shepherd ont également évoqué la façon dont a été mené le teasing du Mantis, avec en prime un “petit” commentaire sur les fuites régulières concernant le projet Star Citizen.

C’était une première pour Cloud Imperium Games et Star Citizen : bien que le studio attache une grande importance à un développement dans la transparence, la silhouette et les détails du RSI Mantis ont été délibérément cachés derrière un teaser de plusieurs jours sur le site officiel. Jusqu’à présent, les vaisseaux et véhicules comme l’Anvil Ballista ont été révélés dans la surprise, et ce plusieurs fois ; la communauté n’ayant eu que de vagues informations touchant les noms des vaisseaux ou les dimensions de la part des dataminers.

« Nous trouvons cela très amusant, » explique Nick Shepherd, directeur des relations publiques. John Crewe, directeur du pipeline des véhicules pour Star Citizen, ajoute : « Bien sûr, nous voulions faire monter la hype afin d’être sûrs que les joueurs soient impatients de découvrir le prochain vaisseau. » Et en effet, les fans de Star Citizen ont spéculé concernant l’apparence et la fonctionnalité de cette sombre silhouette.

Shepherd : « Nous sommes si transparents vis-à-vis du développement que cela peut poser problème. C’est une lutte que de garder quelque chose secret et faire les tests nécessaires en même temps. » Crewe partage cet avis : « Oui, notre transparence agit contre nous. Nous devons nous fier à nos testeurs en interne, bien moins nombreux que les Evocati, évidemment. […]

Côté Star Citizen, malgré toutes les précautions prises par les développeurs, il y a toujours des fuites. « Avant que nous mettions une nouvelle version en ligne, nous effectuons une recherche par mots-clés et retirons les fichiers correspondants de la mise à jour grâce à un script, » explique John Crewe. Cependant, le nom d’un vaisseau comme le Mantis, qui avait d’ores-et-déjà fuité, « peut être trouvé à des centaines d’endroit dans le code. Si nous faisions une recherche dans le détail, cela prendrait des années. »

GameStar

Peut-être serez-vous dans un Mantis dans les prochaines semaines, en train de vous adonner à ce magnifique passe-temps qu’est la “pêche aux vaisseaux” ! Attention dans ce cas à ne pas faire de trop grosses prises ! Dans tous les cas, see you in the verse !

PULSAR42 Association à but non lucratif de droit français régie par la loi du 1er juillet 1901, N° RNA : W923006718. SIRET 839 734 175 00012 - APE 9499Z

Design By June Lottin

This site is not endorsed by or affiliated with the Cloud Imperium or Roberts Space Industries group of companies. All game content and materials are copyright Cloud Imperium Rights LLC and Cloud Imperium Rights Ltd.. Star Citizen®, Squadron 42®, Roberts Space Industries®, and Cloud Imperium® are registered trademarks of Cloud Imperium Rights LLC. All rights reserved.