[FR] STAR CITIZEN - FAQ #30

Clean Shot : Gastronomical

Par Kiro S. Terashii

Début de Transmission

Salut les gars ! Il est temps de vous installer pour un autre épisode de Clean Shot. Je suis votre hôte Craig Burton et, comme toujours présent avec moi, Skinny.

Commençons par aborder la controverse que j’ai provoquée dans le dernier épisode. Je tiens à déclarer aussi clairement que possible que je maintiens fermement mon avis sur le fait que Centauri est le système le plus surévalué de l’UEE. Honnêtement, je ne m’attendais pas à ce que cela pose problème à quelqu’un, mais en un instant notre canal de communication a été inondé de messages de colères et de défense. Skinny, qui aime vraiment Centauri, me faisait suivre immédiatement chaque message peu importe l’heure de réception, faisant de cela l’un des rares moments où je regrette d’avoir un producteur compétent.

J’ai parcouru, eh bien, presque tous ces messages et, bien que vos arguments en faveur du système aient été intrigants, ils ne m’ont pas fait changer d’avis. Bien sûr, Saisei est magnifique, mais elle est aussi plus chère que la facture de rééducation d’Ellroy Cass. Après, j’admets que ma première impression du système n’était pas idéale. Le générateur de mon vaisseau est mort lors de mon premier transport là-bas et le seul coût du remorquage a englouti tous les bénéfices du voyage. Et c’était avant de payer un prix ridiculement élevé pour un nouveau générateur après avoir appris qu’ils étaient « à court » d’occasions. Je me souviens d’avoir discuté du coût avec la mécanicienne et tout ce qu’elle avait dit était : « Bienvenue à Centauri, petit. »

Bien que je ne veuille pas m’attarder plus longtemps sur cette controverse, car nous avons beaucoup de bons sujets à aborder aujourd’hui, je tiens à rappeler à tout le monde que tout ce que j’ai dit, c’est que Centauri était le système le plus surévalué de l’UEE. Pas le pire, ni le plus laid, juste celui avec la plus grande disparité entre le battage médiatique et la réalité. Cela n’a jamais été prononcé comme une insulte, c’est juste mon opinion.

Tu penses que ça va remettre les choses en ordre, Skinny ? Je présume que ton secouement de tête signifie que personne ne pourrait être fâché contre moi après ça. Bien. Maintenant que cela est réglé, passons au TroubleZone d’aujourd’hui.

La première escale d’aujourd’hui est Magnus, où un transport rempli de vaisseaux Origin personnalisés a disparu. J’ai noté ça, car nous n’avons pas de nouvelles de l’équipage non plus, donc si vous transportez une cargaison de grande valeur via Magnus, amenez une escorte ou soyez prêts à vous défendre. Abandonner volontairement votre cargaison pour éviter une altercation pourrait ne pas garantir votre sécurité.

Ensuite, les rapports en provenance de Chronos indiquent une augmentation significative des scans lors du passage à la douane. Cela ne concerne pas les transporteurs qui acheminent des marchandises vers Synthworld, mais uniquement ceux qui cherchent à quitter l’UEE et à entrer dans Branaugh. Bea Vetrano était récemment dans l’émission et a expliqué qu’il était possible de se faire des crédits en transportant des marchandises à la diaspora Tevarin grandissante à Branaugh. Si vous effectuez ce trajet, n’oubliez pas de prendre en compte le temps supplémentaire passé à la douane. Espérons que ce ne soit qu’un aléa comme il en arrive de temps en temps et non un changement permanent. Peut-être que tous les agents des douanes ont attrapé le même virus ou quelque chose du genre. Nous allons garder un œil dessus pour le moment et vous ferons savoir s’il y a une amélioration. OK, c’est tout pour le TroubleZone d’aujourd’hui.

Maintenant, il est temps de faire quelque chose que j’attends depuis un moment. Nous abordons généralement des sujets tels que « quelle est la meilleure route à suivre entre des systèmes » ou si ce nouveau composant en vaut la peine. Ces détails sont importants, mais il y a un aspect du transport dont nous ne parlons pas assez : l’élément humain.

C’est la raison pour laquelle nous accueillons un invité spécial afin de discuter des options culinaires vous permettant de rester concentré et en forme pendant un long trajet. Certains d’entre vous le connaissent peut-être grâce à son restaurant récompensé par la Silver Leaf, le Gastronomical, veuillez accueillir comme il se doit dans l’émission le Chef Cutty Crawford.

Cutty Crawford : J’adore l’émission, Craig. On la regarde dans la cuisine à chaque fois.

Je pensais que vous jouiez non stop à Warbird ou quelque chose comme ça.

Cutty Crawford : Oui c’est aussi le cas, plus sérieusement, votre émission a été très utile quand nous avons lancé le Gastronomical.

Je dois vous féliciter pour le succès du restaurant. Le premier gagnant de la Silver Leaf à être basé sur un 890 Jump, non ?

Cutty Crawford : Ouais, le « croiseur culinaire », comme j’aime l’appeler. Je sais comment gérer un restaurant, mais organiser des livraisons pour que des protéines locales fraîches ou des citrons verts mûrs nous attendent à l’escale suivante était absolument essentielle au succès du restaurant. C’est pourquoi j’ai adoré regarder votre émission. Vous entendre, ainsi que vos invités, parler des détails les plus importants du transport, m’a vraiment aidé à comprendre et à aborder la logistique complexe de la gestion d’un restaurant itinérant.

Je ne peux qu’imaginer. J’ai tellement de questions sur la façon dont vous y êtes parvenu, mais commençons par la plus importante de toutes : que pensez-vous du système Centauri ?

Cutty Crawford : (En riant) Je l’adore. On peut augmenter les prix et encore être complet.

Merci d’aller dans mon sens. Maintenant que c’est fait, si nous parlions de la véritable raison de votre présence ici ?

Cutty Crawford : C’est parti.

Très bien, nous avons donc envoyé au chef Crawford et à son équipe quelques boîtes de sachets de rationnement MRE (Ndt : Meal Ready to Eat, soit, repas prêt à manger, nom donné aux rations de combats américaines), et ils ont passé les dernières semaines à faire des tests de dégustation. Nous voulions savoir ce que les papilles de ces professionnels pensaient de ce qui est la base du régime du transporteur.

Cutty Crawford : J’ai quelques opinions bien arrêtées à partager après cette petite expérience.

Alors commençons. Que pensez-vous de ReadyMeal ?

Cutty Crawford : Quand j’entends MRE, c’est la marque qui me vient immédiatement à l’esprit. En grandissant, j’en ai eu plus que ma part lors de longs voyages en famille, mais cela faisait des décennies que je n’en avais plus mangé.

Alors comment c’était par rapport à vos souvenirs ?

Cutty Crawford : Peut-être que c’était la nostalgie, mais j’ai été surpris de voir à quel point je les aimais. Les saveurs étaient bonnes. La sensation en bouche était douce, mais il n’y a pas beaucoup de différences de texture quand le repas est principalement composé de poudre.

Vous aviez un repas favori ?

Cutty Crawford : Je suis un fan des boulettes de viande Marinara. Et vous ?

Les galettes de poulet avec des nouilles.

Cutty Crawford : Intéressant. Cette saveur est également partie très vite auprès de mon équipage. Certaines personnes l’aiment vraiment.

Je suis heureux d’apprendre que les vieux standards aient reçu une certaine approbation. Je suppose qu’il y a une raison pour que ce soit un classique. Ensuite, comment Ma’s Ready to Eat s’en sort pour recréer des plats faits maison ?

Cutty Crawford : Je pense qu’appeler ça « nourriture » est une insulte à la nourriture. Écoutez, je sais qu’ils sont censés être des substituts de repas abordables, mais pour moi toutes les variétés de Ma ont un arrière-goût chimique très désagréable.

Je suis d’accord. Je me sentais même un peu mal en vous envoyant une boîte, mais je dois être minutieux.

Cutty Crawford : L’un des cuisiniers a lu les étiquettes des ingrédients et nous n’avons même pas compris ce qu’il y avait dans ces choses. Cela ressemblait plus à une étude scientifique qu’à une liste d’ingrédients. Honnêtement, j’ai failli ne pas goûter à toutes les saveurs qu’ils avaient, mais j’ai réussi à me forcer à prendre au moins une bouchée de chaque.

Tout le monde à Clean Shot apprécie votre courage et votre dévouement. On dirait que vos idées sur les repas Ma’s Ready to Eat sont assez claires, alors passons maintenant à Omni Packs, qui prétend utiliser des ingrédients biologiques de qualité supérieure pour un repas plus savoureux. Leur affirmation se tient-elle ?

Cutty Crawford : Je suis partagé sur celui-là.

Ça veut dire que vous n’avez pas aimé ?

Cutty Crawford : Non, j’ai bien aimé. Ils avaient certainement meilleur goût que les autres marques, mais appeler ça un « goût haut de gamme » est plutôt exagéré.

Une chose est certaine, vous payez certainement le haut de gamme. Les Omni Packs sont pour ainsi dire les Centauri des MRE.

Cutty Crawford : Et c’est pourquoi je suis si partagé. Si je devais choisir entre ces trois marques pour dîner ce soir, je choisirais sans hésiter la saveur Boumbo d’Omni Packs. Mais si j’ai besoin de faire le stock de mon vaisseau, je ne suis pas sûr que le coût supplémentaire en vaille la peine.

En tant que chef professionnel, quelle marque recommanderiez-vous aux transporteurs à la recherche d’un bon repas lors de leurs trajets ?

Cutty Crawford : Clairement, la meilleure saveur par rapport au prix c’est ReadyMeal.

Skinny a le sourire jusqu’aux oreilles parce qu’il vient de remporter notre pari. Je suis moi-même un homme ReadyMeal, mais j’étais convaincu que vous choisiriez OmniPacks.

Cutty Crawford : Ils sont bons et tout, mais je préfère prendre un ReadyMeal et dépenser quelques-uns des crédits que j’ai économisés en ingrédients pour ajouter du goût et de la fraîcheur au plat. Un peu de sauce piquante ou de jus d’oza frais font largement passer ces galettes de poulet à un niveau  au dessus.

C’est une excellente idée et c’est exactement pourquoi je voulais vous faire participer à l’émission. OK, il est temps de faire une petite page de publicité. À notre retour, je vais poser un tas de questions sur la coordination logistique d’un croiseur culinaire. Ne partez pas. La suite de Clean Shot arrive.