[FR] STAR CITIZEN - FAQ #30

Portfolio : Ascension Astro

Par Kiro S. Terashii
Ce portfolio est initialement apparu dans le Jump Point 5.5

« Uniquement disponible sur la Terre et Terra. C’est le genre d’exclusivité que nous voulons », indiquait Candace Cowley lors d’une interview controversée donnée à la Terra Gazette en 2903. Cowley, communément appelée CC, était le visage publique d’Ascension Astro, une boîte construisant des composants qui s’est lancée dans la vente pour les personnes les plus riches. Durant cette interview, CC proclama que la compagnie préférait vendre ses composants furtifs uniquement à l’élite, élite qui pourrait alors voyager en toute sécurité dans l’Empire sans crainte d’être la cible de hors-la-loi ou autres bandits. Elle se vanta par la même occasion du fait que leurs deux boutiques, situées pour l’une à New York et l’autre à Prime, étaient visitables uniquement sur invitations et que leur liste d’attente était de plusieurs mois. Pour certains, CC représentait le style de vie glamour et extravagant qu’ils souhaitaient atteindre ; pour d’autres, elle symbolisait tout ce qui n’allait pas au sein de l’UEE. Peu savaient que CC – elle-même synonyme d’Ascension Astro – n’était que l’une des trois personnes ayant fondé la compagnie et qui avaient catapulté celle-ci de l’obscurité vers l’une des plus exclusives de l’UEE en seulement quelques années.

Quelque chose à partir de rien

Ascension Astro fut fondé en 2901 par CC, Kaitlyn Barwick et Tim Kraft. CC et Barwick avaient grandi ensemble. Le père de Barwick possédait un petit atelier de réparation à Shanghai et trouva CC alors âgée de quatre ans abandonnée dans une gare routière locale. De même âge mais de personnalité différente, les deux devinrent tout de même rapidement amies. Adultes, Barwick se maria à Kraft et pris la relève de son père au sein de l’atelier, en parallèle, CC obtint un boulot en tant que représentant du service clientèle dans une concession Origin Jumpworks. Grâce à son obstination, son charme et sa philosophie de ne cibler que les riches clients, elle réunit rapidement un carnet d’adresses de clients de la classe haute bien rempli.

Par la suite, le patron de la concession licencia CC du fait qu’elle redirigeait des clients vers l’atelier de réparation de Barwick et de Kraft qui était alors en difficulté. CC leur répliqua que ses intentions étaient simplement honorables et dans le meilleur intérêt des clients d’Origin, le service qu’elle recommandait n’étant pas possible auprès du concessionnaire. Bricoleurs de renom, Barwick et Kraft avaient trouvé un moyen permettant de réduire drastiquement les signatures IR et EM des propulseurs d’usine des vaisseaux Origin. Ces vaisseaux de luxe étant souvent les cibles privilégiées des pirates et (pire encore) des paparazzi, réduire leur signature était d’une aide incalculable pour permettre de naviguer sans encombre. Le procédé utilisé par Barwick et Kraft était efficace, mais le coût de cette longue procédure ne plaçait lesdits propulseurs « maisons » à la portée que des seuls clients les plus riches.

Suite au licenciement de CC, Origin essaya de reproduire le procédé que Barwick et Kraft avaient mis au point, mais ne put cependant pas reproduire celui-ci, particulièrement compliqué. Lorsque CC se rendit compte de ce que ses anciens employeurs faisaient, elle décida de réagir de manière drastique et de porter plainte contre eux. Alors que les juges ne donnèrent pas suite à la plainte, cette épisode devint vite un cauchemar médiatique pour la compagnie de luxe, qui tenta alors un rétropédalage et offrit au duo des postes de consultants. Barwick réclama que CC puisse retrouver son précédent poste mais Origin refusa. Loyaux envers leur amie de toujours, Barwick et Kraft refusèrent l’offre. Au milieu de tout ce fracas, CC eut une révélation. Si Origin était intéressé par le travail de Barwick et de Kraft, c’est qu’il devait avoir une valeur marchande.

Un discours bien rôdé

Alors même que CC avait noué des relations avec de nombreuses personnes aisées lorsqu’elle travaillait pour Origin, elle était consciente que les aborder de nulle part avec un proposition d’affaire allait très certainement échouer. Au lieu de cela, elle contacta ses anciens clients pour les informer de ce qu’elle décrivait elle-même comme son projet immensément fructueux. Le service de réparation et de modification mobile “ultra-exclusif” allait envoyer Barwick et Kraft directement dans les hangars du client pour effectuer le travail complexe sur les propulseurs de leurs vaisseaux. Étant donné que ce procédé ne fonctionnait que sur certains modèles, CC devait alors confirmer subtilement le fait que la personne volait toujours sur un vaisseau ayant les propulseurs appropriés.

CC proposa aux premiers clients des remises drastiques pour s’assurer que ces riches clients allaient faire appel à leurs services. Bien entendu, cela n’était pas rentable, les composants et la manutention requis affichant un prix bien supérieur à ce qui était demandé, mais une fois dans le milieu, CC allait pouvoir mettre en œuvre ses talents. Elle réussit à faire croire que leur entreprise était tellement occupée qu’elle était obligée de refuser des clients tous les jours, pour ensuite faire dériver de manière subtile la conversation sur le fait que ce qu’ils faisaient n’était rien comparé à ce qu’ils pourraient faire s’ils avaient le capital nécessaire pour la production de leurs propres composants furtifs.

Le discours adroitement donné par CC fonctionna. De nombreux clients furent intrigués et investirent dans l’opération. Ascension Astro fut fondé en 2901 et un nombre limité de leurs composants furtifs, conçus par Barwick et Kraft, furent mis en production à Moscou plus tard cette même année. Certains investisseurs furent mécontents du peu de composants qui étaient produits, et pour ne rien arranger, CC offrait quelques-uns de ceux-ci à un groupe limité de nouveaux contacts, tout en dépensant un montant significatif de crédits de l’entreprise dans un salon d’exposition dissimulé dans une allée miteuse de New York. L’adresse n’arborait pas de signe officiel d’Ascension Astro, simplement la mention d’un canal de communication qui pouvait être utilisé pour prendre rendez-vous. Durant les trois premiers mois, quiconque les contactait était informé de réessayer plus tard car ils n’avaient pas de rendez-vous disponible.

Malgré tout, leur campagne de publicité limitée fut un succès. Le peu qui se voyaient offert des composants étaient en fait les personnes les plus paradeuses que CC connaissait. D’autres membres de l’élite, n’ayant pas l’habitude de se voir refuser ce qu’ils voulaient quand ils le voulaient, inondèrent le canal de communication avec des demandes de rendez-vous. Lorsqu’Ascension Astro commença finalement à vendre quelques composants, ils le firent à des prix particulièrement exorbitants et furent immédiatement en rupture de stock. Alors que le prochain lot était en cours de production, la compagnie indiqua à nouveau ne plus avoir de rendez-vous disponibles et refusa de prendre les pré-commandes. Lorsqu’ils furent finalement prêts, les composants furent vendu à un prix encore plus élevé.

L’explosion

Évidemment, la stratégie marketing de CC ne pouvait fonctionner plusieurs fois que si les produits étaient à la hauteur. Heureusement, Barwick et Kraft étaient aussi bons dans leur domaine que CC dans le sien ; les composants étaient aussi exceptionnels que ce qu’en disait CC. Le couple évitait autant que faire se peut les discussions à propos de la compagnie, préférant passer leur temps à perfectionner leurs concepts, à les bricoler, et laissant les techniques de vente ciblées et les opportunités de réseautage entre les mains de CC.

Dans le même temps, CC continuait d’aiguiser l’image publique d’Ascension Astro. Elle refusait toute publicité traditionnelle, argumentant que cela ternirait leur réputation en les mettant au même plan que toutes les autres marques. Au lieu de cela, elle soudoyait les chroniqueurs spécialisés dans les rumeurs à coup de pot-de-vin afin qu’ils parlent des soirées mondaines auxquelles elle participait avec sa clientèle élitiste. CC fit tout ce qu’elle pouvait pour s’assurer qu’Ascension Astro fasse la une des tabloïdes.

En privé, Barwick et Kraft s’inquiétaient de l’obsession grandissante de CC pour son nouveau style de vie, mais ne pouvaient cependant pas se plaindre des résultats. Leurs générateurs d’alimentation furtifs furent reconnus par plusieurs articles comme « Le composant indispensable de l’année 2903 ». La même année, Ascension astro ouvrit une deuxième vitrine au sein de Terra ayant un profil aussi bas que leur salon d’exposition de New York, et CC donna une interview maintenant célèbre au Terra Gazette. CC était subitement devenu une célébrité en tant que PDG ; aimée par certains et détestée par d’autres … jusqu’à l’année suivante, lorsqu’elle disparut des yeux du grand public.

Expansion & maturation

Initialement, certains pensaient que la disparition de CC était en fait un autre coup marketing. Puis, après plusieurs mois, des publications commencèrent à se demander ce qui lui était arrivé. Dans le même temps, les initiés de l’industrie réalisèrent qu’Ascension Astro avait commencé à adopter des méthodes plus traditionnelles. Ils ouvrirent plus de salons et éliminèrent le besoin de prendre un rendez-vous. Ils augmentèrent de même leur capacité de production significativement et faisaient à présent de la publicité pour leurs composants de manière plus traditionnelle. Leur campagne de publicité initiale était étonnamment insipide, elle faisait cependant écho à la réputation que CC avait établi. On y apercevait tout naturellement une famille riche profitant confortablement d’un voyage à bord de leur 890 Jump avec toujours le même slogan de la compagnie « Profitez du voyage ».

Lorsqu’on leur posait des questions à propos de CC, les représentants d’Ascension Astro indiquaient simplement qu’elle était toujours impliquée dans la compagnie. La plupart des experts de l’industrie suspectaient qu’elle avait été retirée du pouvoir. Cette fausse idée fut rectifiée en 2908 lorsque CC revint devant le public pour promouvoir ses mémoires, “Quelque chose à partir de rien”. Même si le livre abordait notamment sa quête pour retrouver ses parents qui l’avaient abandonné dans une gare de Shanghai, il apportait aussi de nombreux détails sur sa participation dans la construction de ce qu’est Ascension Astro, ainsi que la façon dont sa dépendance grandissante envers les drogues et l’alcool, combinée à une dépression paralysante, la forcèrent finalement à revoir à la baisse son rôle au sein de la compagnie. Elle louait Barwick et Kraft pour leur intendance au sein d’Ascension Astro, et après avoir révélé qu’elle n’avait pas réussi à retrouver ses parents de naissance, déclara qu’ils étaient la seule famille dont elle avait besoin.

Aujourd’hui, CC continue d’être la figure de proue de la compagnie, mais passe le plus clair de son temps à superviser les organismes de charité qu’elle a fondé pour venir en aide aux orphelins partout dans l’UEE. En l’absence de ses méthodes de marketings non-conventionnelles, Barwick et Kraft optèrent pour un modèle économique plus traditionnel et étendirent le panel de composants furtifs proposés par l’entreprise. Ils encouragent maintenant vivement l’achat d’un ensemble complet de leurs améliorations pour assurer une meilleure sécurité en vol, rappelant au passage à leurs clients fortunés qu’un composant furtif ne peut pas faire de miracle pour masquer la signature d’un vaisseau si leurs autres systèmes tournent-eux à plein régime. Ascension Astro continue de prospérer entre leurs mains expertes.

FIN DE TRANSMISSION