Ce jour-là dans l’histoire : l’enfant extraterrestre

Publié par Duboismarneus

Ce jour-là dans l’histoire

18 mars 2157 TTS

L’enfant extraterrestre

 

L’humanité avait atteint l’adolescence et effectué ses premiers pas hésitants hors de notre monde d’origine. La planète Mars avait enfin été terraformée. Le sénateur Stephen Nguyen en avait terminé avec son discours et venait de dévoiler le mémorial.

Les personnes présentes se contentaient de profiter de la fête, tandis que la nuit tombait sur la surface de Mars. Alors que les célébrations se poursuivaient, la sono jouait « What It Was » des Roommates, qui en était aux prémices de son succès fulgurant.

Cette nuit marquait une immense réussite pour l’humanité. Elle était sur le point d’en marquer une deuxième.

Un cri perçant troubla la musique, ce qui attira immédiatement l’attention des sénateurs, dignitaires et scientifiques. Ils en trouvèrent vite la source : Kinah Okon, l’un des ingénieurs responsables de Port Renatus. Originaire du Nigeria sur Terre, elle travaillait sur le projet depuis plusieurs années en compagnie de son mari, Madu. Mais elle était surtout enceinte de sept mois du premier enfant du couple. Le personnel médical de la base avait suivi de près l’évolution du bébé, allant jusqu’à recommander un rapatriement vers la Terre, mais Kinah avait refusé de renoncer à ce projet pour lequel elle s’était passionné.

Les médecins présents sur les lieux escortèrent rapidement Kinah et son mari jusqu’au dispensaire. À 01h38 TTS, Abeni Okon devint le premier être humain à naître sur une autre planète. Cela n’alla pas sans présenter quelques complications, et Abeni dut passer plusieurs semaines sous observation.

« Nous ignorions tant de choses. Les différences entre Mars et la Terre allaient-elles affecter l’enfant ? Nous ne voulions rien laisser au hasard. J’avais le sentiment d’être personnellement lié à cet enfant, donc nous avons peut-être fait preuve d’une plus grande prudence que de coutume » rapporta dans ses mémoires le Dr Michael V. Smith, responsable des installations médicales de la base. « Mais personne ne pouvait contester les implications profondes de ce qui venait de se produire. »

Au bout du compte, Abeni fut autorisée à quitter le poste médical et confiée à ses parents, qui purent enfin ramener leur fille à la maison. Mais il y avait encore une chose qui l’attendait…

La célébrité.

Les médias ne lâchèrent pas Abeni d’une semelle et diffusèrent chaque étape de son existence. Avec le développement de Mars et tous les gens qui voulaient s’échapper d’une Terre désespérément surpeuplée, il s’avéra de plus en plus difficile pour la famille Okon d’esquiver les hordes de curieux et d’adorateurs.

« Ils avaient tous l’impression de la connaître, » relata Kinah Okon dans l’une de ses rares interviews. « Elle était la fille, ou la sœur, ou encore l’ami de tout le monde. Parfois, c’était attendrissant, et d’autres fois… pas tant que ça. Tant de familiarité de la part d’étrangers, ce n’était pas sain. »

Ce n’était certainement qu’une question de temps avant que cette attention permanente n’ait des conséquences néfastes. Entre la fin de son adolescence et le début de la vingtaine, Abeni sembla lâcher prise et accepter toute cette adulation et cette attention.

On la vit faire des apparitions dans tous les bars et toutes les fêtes prêts à la payer pour ça. Elle se lança dans des projets commerciaux ridicules et trouva toutes sortes de façons de gaspiller l’argent qui avait toujours été là pour elle. L’attention des médias prit une tournure plus sombre : ils la regardaient comme on regarde un navire luttant pour se maintenir à flot, alors même que le naufrage est inévitable.

Le naufrage finit bel et bien par se produire, mais pas aussi publiquement que les gens l’avaient cru. Une nuit où Abeni quittait une fête inaugurale, elle fut confrontée comme toujours à la foule pressante de ses fans. Au lieu d’une bagarre avinée et de jets de bouteilles, il n’y eut qu’un échange de paroles, puis Abeni s’en alla.

Après cette nuit, elle se tint à l’écart de l’attention du public sans jamais se justifier et commença à travailler pour des programmes d’aide et de sensibilisation locaux. Elles se déplaçait beaucoup, allant dans les endroits qui avaient le plus besoin d’aide, et laissait toujours un peu plus loin derrière elle cette célébrité qui avait failli la consumer.

Abeni fit une dernière apparence publique. En 2232, à l’âge de 75 ans, elle fut l’invitée d’honneur du lancement de l’Artemis. Debout à la tribune, aux côtés du Capitaine Lisa Danvers, du chef de mission Justin Cobb et de plusieurs éminents chefs d’états, Abeni prononça le discours suivant :

« Il y a des moments dont on peut être fier. De toute évidence, je ne mérite pas de faire partie de cette assemblée, à me tenir aux côtés de ces gens comme si c’était là ma place. Je suis ici uniquement en raison de ma naissance. Ce n’est pas grâce à une quelconque action ou entreprise de ma part que j’ai obtenu la renommée et la notoriété, mais seulement parce que j’étais la fille de mes parents. Mais il y a des gens dont le courage et le dévouement permettent à toute l’humanité d’aller de l’avant, et pas seulement grâce à leurs actes. Ils nous obligent à nous regarder dans la glace et à exiger davantage de nous-mêmes. J’ai essayé de mener une vie meilleure, mais je veux entendre parler les véritables héros. »

Elle s’écarta ensuite du micro pour laisser Lisa Danvers s’adresser à la foule. Ce fut sa dernière apparition publique, et ce qui ressemblait le plus à une explication sur les raisons de son changement si soudain, bien des années plus tôt.

Abeni Okon est décédée le 12 septembre 2252 TTS, à l’âge de 95 ans.

Le premier humain extraterrestre eut pour toute sépulture une simple pierre tombale sur le flanc d’une colline de Mars, ce monde qui était devenu, un peu grâce à elle, comme un deuxième foyer pour l’humanité, que cela ait pu lui plaire ou non.

PULSAR42 Association à but non lucratif de droit français régie par la loi du 1er juillet 1901, N° RNA : W923006718. SIRET 839 734 175 00012 - APE 9499Z

Design By June Lottin

This site is not endorsed by or affiliated with the Cloud Imperium or Roberts Space Industries group of companies. All game content and materials are copyright Cloud Imperium Rights LLC and Cloud Imperium Rights Ltd.. Star Citizen®, Squadron 42®, Roberts Space Industries®, and Cloud Imperium® are registered trademarks of Cloud Imperium Rights LLC. All rights reserved.